Stromboli : volcan de nuit

1053 IMG_0471Depuis hier, c’est un peu le stress de savoir si oui ou non, aujourd’hui nous aurons un bateau pour . Deux jours qu’il n’y a pas eu de départ de Lipari. L’hôtel prévu pour ce soir est à . Bref s’il n’y a pas de bateau c’est un peu la mouise. S’il y a un bateau qui part, c’est à 8h20 et nous ne comptons vraiment pas être en retard. C’est donc en quatrième vitesse que nous prenons notre petit déjeuner…
Au moment de rendre la clef de notre chambre, notre hôte passe un rapide coup de téléphone à la compagnie maritime. La délivrance est là : le bateau part ! Sur le topo de l’agence de , il est prévu de faire escale sur l’île de Panaréa avant pour faire une “magnifique” randonnée. Dans les faits, les délais sont tellement courts, le risque est tellement grand de rester coincés faute de bateau, que personne n’envisage cette escale : ni le groupe guidé, ni les copines, ni nous. Nous attendrons donc patiemment que le bateau qui passe par toutes les autres îles avant nous déposer sur .
Après plus de 2 heures de bateau, nous y sommes ! Nous abandonnons nos sacs sur le ponton en espérant que les mini-voitures de l’hôtel les transporteront. Nous regardons les horaires des bateaux de demain : 7h15. C’est tôt, mais comme ça nous n’aurons pas de problème avec nos correspondances. Par contre impossible d’acheter des tickets, c’est fermé jusqu’à 16h30 et demain ça n’ouvre qu’à 8h…
1053 IMG_0472Nous partons à pied vers notre hôtel situé à 1km au nord toujours en bord de mer. Nous arrivons avant 3 groupes, ce qui nous permet d’être pris en charge rapidement, mais de n’avoir qu’un temps très bref avec l’hôtelière. Nous lui abandonnons nos passeports en échange de la clef de notre chambre. Nous lui annonçons au passage que nous prenons le bateau de 7h15. Bonne nouvelle, il y aura une voiturette pour transporter nos bagages, mauvaise nouvelle, nous n’aurons pas de déjeuner. Nous n’avons toujours pas nos sacs, mais déjà nous pouvons prendre possession des lieux.
Le planning est serré. Tout ferme vers 13h et il nous faut encore d’ici là, acheter un pique-nique pour l’ascension du , retirer de l’argent et accessoirement manger. Une épicerie est tout près et nous trouvons de quoi satisfaire un repas de rando. De retour à l’hôtel, nous retrouvons notre sac, par contre l’accueil est fermé. Le hic, c’est qu’ils ont nos passeports, qu’en général en rien n’ouvre avant 17h (nous serons en marche vers le ) et que le matin l’accueil n’ouvre qu’à 8h !
Bon… Nous déposons sacs et pique-nique dans la chambre et partons en quête d’un restaurant. En chemin nous croisons le guide français qui nous donne le rendez-vous entre 16h30 et 16h45 avec le guide local ainsi que quelques papiers à signer. Ça va être tendu pour récupérer les tickets de bateau (souvenez vous, ça n’ouvre qu’à 16h30). Nous mangeons finalement sur la place centrale une immense pizza chacun ; une pour deux aurait sans doute suffit. Ensuite nous allons repérer la localisation du bureau du guide. Nous y rencontrons quelques Français eux aussi en repérage.
1304 IMG_1390Un rapide état des lieux de nos sous nous montre que nous n’aurons pas assez pour payer en liquide à la fois le guide et la navette. Nous recherchons donc un distributeur. Le premier refuse l’opération (erreur de communication). Il y en a un sur la route entre le port et l’hôtel. Nous descendons donc y retirer l’argent qui nous manque. Comme le timing est définitivement très serré, nous décidons de tester le temps entre la billetterie de l’aliscafo et le bureau du guide. Nous retraversons donc le village. Les deux ne sont séparés que de 3 minutes de marche, pas de soucis donc. Nous retournons enfin à l’hôtel pour nous reposer avant la rando de ce soir. Nous avons déjà quelques kilomètres dans les pattes !
Le réveil sonne, nos sacs de rando sont tout près, on ajoute juste les pique-niques. Au passage, l’accueil a rouvert. Nous retrouvons donc avec joie nos passeports et apprenons que finalement nous aurons un petit déjeuner demain matin ! Arrivée au port un peu en avance, c’est déjà ouvert mais nous apprenons qu’ils ne vendent pas de ticket du jour pour le lendemain ! Par contre il sera possible d’en acheter demain matin ! Grrr ! Direction le bureau du guide ! Tout cet empressement pour rien. Finalement nous attendrons un bon moment le départ. Chacun un casque (utilité?) bien fixé sur le sac à dos. La couleur du casque définit le groupe (20 personnes par guide). Notre guide parle français, c’est dommage pour le groupe d’allemand avec nous.
L’ascension se fait sur un rythme très tranquille. Quelques pas plus loin, nous comprenons que le pique-nique recommandé par l’agence de ne nous servira à rien à part alourdir le sac. En effet nous n’aurons pas le loisir de manger en haut et les restau seront encore ouverts à notre retour ! Tout est organisé correctement pour tout, mais l’agence ainsi que les affiches sur les murs ont décidé de nous faire croire le contraire.
1909 IMG_0481Dans la montée, qui se fait de jour, nous passons par l’ancien cimetière du village qui a été déplacé suite à une éruption qui a chassé 90% des habitants de l’île… Le sentier est en terre dure et il n’y a pas de difficulté particulière. La vue vers le village est vite dégagée et on peut prendre des photos de l’ancien , un tout petit caillou qui sort de la mer à quelques milles. Bon ok, il y a encore 2000m de cône de roche sous l’eau, il n’est pas si petit que ça. Le guide avec ces deux radios discute sans arrêt avec les autres guides et avec les carabinieris. Tous les groupes avancent donc au même rythme formant une immense chenille. Une douzaine de groupes de 20 personnes… La luminosité baisse. Le chemin passe de la terre à du gravillon noir moins pratique. La pente se raidit. Le sommet est proche ! Petit à petit notre tenue change. Nous sommes partis en tee-shirt, nous arriverons en petite + grosse polaire, veste, bonnet, gants. Il fait froid en haut du .
1946 IMG_1397Nous nous arrêtons face à une arrête qui crache sans discontinuer des fumerolles. Le guide nous indique qu’il y a une explosion toutes les 15/20 minutes et que nous ne repartirons qu’après l’avoir vue. Branlebas de combat. Tout le monde se positionne avec son appareil photo. On prend des photos des fumerolles. Je me trouve un rocher un peu au dessus du groupe pour me poser avec mon mini trépied. Comme le terrain est complétement friable, j’enterre presque les bâtons d’Anne. Une fois en poste, et résigné à ce que la luminosité soit trop faible pour que mes photos donnent quoi que ce soit, je me mets à faire de petites vidéos des fumerolles espérant capturer l’instant tant attendu. La lassitude gagne, le temps est largement écoulé. Mais le guide refuse d’avancer avant l’explosion, arguant que si nous nous mettons en route,ça va se déclencher et nous en serons quitte ! Anne, ne perdant pas le nord, en profite pour manger un morceau de sandwich. [NDLC : Au moins je ne l’aurai pas porté pour rien…] Notre patience est finalement récompensée. Un gros boum, des roches rougeoyantes décollent à quelques dizaines de mètres de haut. Un peu surpris, je n’aurai que la fin de l’événement en vidéo. Mais l’essentiel est là. Je ne l’ai pas raté de mes yeux !
2008 IMG_1412Nous reprenons notre marche. Il fait très sombre maintenant. Nous nous arrêtons sur le plateau juste au-dessus, à quelques pas. Objectif, sortir sa lampe et capturer une nouvelle explosion de la même bouche du volcan. La lampe d’Anne refuse de s’allumer. Heureusement nous en avons une en plus. Nous attendrons moins longtemps la détonation ce coup-ci. Il fait maintenant nuit. La marche reprend. Arrivés sur l’arrête/sommet, 4 groupes peuvent se tenir en arc de cercle pour observer le clou du spectacle.
2046 IMG_1454Deux bouches crachent en continue des flammes. En photo/vidéo cela ne donne pas grand chose. Mais le spectacle vaut le coup d’œil. Nous perdons un peu la notion du temps, mais par moment (tous les 5? 10? 15 minutes?), une explosion survient. Elle n’est pas localisée au même endroit à chaque fois comme avec la bouche précédente. C’est grandiose. On essaye vainement de revenir avec quelques images/vidéos qui ressemblent à quelque chose. Clairement, c’est à vivre.
2217 IMG_1476Là ou il nous aura fallu 2h30 pour monter, la descente va se faire sur un train beaucoup plus rapide. Nous n’empruntons pas le même dur chemin qu’à l’aller mais passons par une pente de sable noir. C’est très rapide. Nous faisons une seule pose à mi-hauteur pour vider un peu les chaussures de leur chargement clandestin. Un peu inutile vu que l’on remarche dans le sable juste derrière… Arrivé à la fin du sentier, le guide compte pour voir si tout le monde est là. Nous rendons notre casque.
Les autres se dirigent vers le restaurant. Le retour à l’hôtel de nuit nous parait encore plus long que les quelques fois que nous l’avons fait dans la journée. Nous allons manger sur notre terrasse nos sandwichs transportés pour rien.
Douche et dodo bien mérité. Demain, le réveil sonnera vraiment tôt…

Les photos du Stromboli de nuit.

This entry was posted in Randonnée and tagged , , , . Bookmark the permalink.

2 Responses to Stromboli : volcan de nuit

  1. Lady K says:

    Haha j’adore la logique italienne, faire partir un bateau à 7h15, n’ouvrir qu’à 8h et ne pas délivrer de billet pour le lendemain ! Ils sont vachement fort ! :D

  2. Anne says:

    Yep, mais heureusement il ne faut pas se fier à ce qui est affiché…

Comments are closed.