Sous l’eau trouble de Cagnes-sur-Mer…

Hippocampus hippocampus - Hippocampe à museau court 09Après une très jolie plongée le matin, en compagnie de Marco, au Cap de Nice, nous nous restaurons à Cagnes sur Mer et décidons d’y tremper nos palmes.
Après un réel succès lorsque nous traversons la page en tenue néoprène, nous nageons un moment et nous immergeons. L’eau est laiteuse et Charles et moi nous tenons la main pour ne pas nous perdre. Je ne vois même pas le fond arriver et m’envase lamentablement à 9 mètres de profondeur !!
Quelques minutes plus tard, c’est un filet blanc qui arrive sans crier gare et je me cramponne à la cuisse de Charles pour l’empêcher de se jeter dedans. Deux filets plus tard, j’en ai ras le bol et remonterais bien en surface. il n’y a rien à voir, le fond est ravagé par le frottement des filets et j’en ai marre de nager la main en avant pour tâter le terrain. Mais Charles est persévérant et nous finissons par croiser une seiche, un joli petit congre, des coquillages… Nous passons au-dessus des résurgences d’eau douce qui bouillonnent bien. Je photographie de drôles de boules qui s’avèrent être des pontes de seiches (si on avait su, on aurait plus insisté sur les clichés !!).
Au bout d’une heure, Charles dégote un hippocampe et j’oublie ennui, fatigue, filets… C’est seulement la troisième fois que j’en vois dans l’eau, donc je ne dirai pas que c’est drôlement moche comme bestiole
Nous sortons de l’eau au bout d’une heure et quart, les combinaisons bien recouvertes de sédiments (et oui, on peut prendre la poussière sous l’eau !).
Au moment de vérité (mon appareil photo a pris l’eau lors d’une randonnée), mes photos ne sont pas trop mal, même si une trace d’eau floute légèrement le milieu de photo…

This entry was posted in Environnement et biologie, Général, Plongée and tagged , . Bookmark the permalink.