Retour en France

Driiiiiiiiing. Ouch pas facile le réveil à 4h30 après une semaine comme celle-là. Pourtant il ne faut pas trainer. Nous devons rapidement nous préparer, déjeuner, rassembler les dernières affaires dans nos sacs. A l’entrée de l’hôtel, nous retrouvons Anne-Marie et Claire avec qui nous partageons le taxi pour l’aéroport. Il pleut. Nous avons décidément eu beaucoup de chance pour l’Etna.
Arrivée à l’aéroport. Séparation d’avec les copines. Nous enregistrons nos bagages. L’autocollant “short transfert” sur nos bagages pt pour la suite… Et un coup d’œil à nos tickets nous annonce que pour le premier vol vers , nous sommes séparés. Je termine Robin des Bois que j’avais entamé à l’aller. Nous atterrissons. Les minutes passent et l’heure d’embarquement de notre vol est dépassée depuis 5 minutes quand les portes du bus qui nous ramène au terminal nous libèrent. Anne et moi partons à toute vitesse vers l’embarquement indiqué sur nos billets qui se trouve à l’opposé de l’aéroport.
Arrivés là-bas, c’est un autre vol qui enregistre ! Zut ! En étudiant les écrans des départs, nous apprenons le changement d’embarquement vers… l’opposé de l’aéroport. Soit juste à coté d’où nous étions tout à l’heure. Et c’est reparti pour une course effrénée.
Nous arrivons finalement alors que l’enregistrement commence à peine. J’ai les mollets durs comme de la pierre. Nous rentrons en France ! La question étant : “et nos bagages ?”. Eh bien oui, contrairement à notre retour des Canaries, nous avons eu la joie de les voir apparaitre le tapis d’arrivée. Maman nous ramène à Carros. Nous avons notre dose de transports en commun pour un bon moment je crois !

En conclusion, le topo d’Allibert/Visage Trekking pour les îles éoliennes daté de 2009 n’est clairement plus d’actualité dans sa “formule liberté”. L’essentiel est là malgré tout, nous avons passé une super semaine à crapahuter sur des cratères endormis ou non. Les paysages sont passés de complètement minéral, à végétation luxuriante pour finir en montagne enneigée. Au niveau météo, nous avons finalement évité le pire. Les groupes qui sont arrivés le lendemain sont restés coincés 3j sans pouvoir rejoindre Lipari. La météo qui nous libère pile au bon moment pour faire le Stromboli de nuit… L’Etna impraticable pendant 3j avant, avec une super météo le jour j, et de nouveau pluvieux le lendemain. Seule Salina est restée inaccessible à nos petits petons.

This entry was posted in Randonnée and tagged , , , . Bookmark the permalink.