Journée sous terre

1031 IMG_6923Après la fausse journée calme de lundi, enfin une journée pas trop sportive pour nous remettre d’aplomb. Aujourd’hui grottes spectaculaires et mini randonnée au programme.
Nous commençons par l’Aven Armand. Nous arrivons pour l’ouverture et le premier funiculaire qui nous descend 60m sous la roche est loin d’être plein. Ce sera sans doute différent pour les fournées suivante… La température descend avec nous et en bas, il fait une petite dizaine de degrés. Pas de long couloir ici pour voir des merveilles. On arrive tout de suite dans une immense salle qui pourrait contenir Notre-Dame de Paris! Une forêt de stalagmites se dresse devant nous avec des formes aussi variées qu’étranges. En levant les yeux, on aperçoit en premier le puits qui a permis au forgeron ferronnier Armand de découvrir cette « petite » cavité. Il était accompagné à l’époque de celui dont on retrouvera le nom pour Dargilan : Martel. Et M. Martel, il invente des trous pas du tout creusés à la pelleteuse! En écartant le regard du puits de lumière, on découvre les inséparables compagnons des stalagmites : les stalactites. Le chemin serpente dans la salle passant à coté des points les plus notables. Nous ressortons au bout d’une heure, avec plein d’images dans la tête.
Notre étape suivante est une petite ballade sur le causses au Chaos de Nîmes-le-Vieux. La matinée est déjà fort avancée et nous avons prévu d’aller au restaurant à midi, donc pas de pique-nique. Nous prenons des fruits avec nous pour tenir jusqu’au repas.
1225 IMG_6942Le départ se fait depuis un parking au bord d’une ferme. Un peu distraits, nous loupons le premier panneau et partons sur un chemin qui sert aux agriculteurs du coin. Cela rallonge notre itinéraire, mais en contrepartie, nous avons de jolis paysages qui s’offrent à nous. Le dessus des causses est complétement différent du bas des gorges que nous pratiquons depuis une semaine. Nous sommes en pays presque plat mais vallonné. La vue des falaises nous rappelle par moment que nous sommes à plusieurs centaines de mètres d’altitude. Après 45 minutes de marche, nous rattrapons l’itinéraire initial et ses panneaux explicatifs. Le paysage à cet endroit est composé de blocs rocheux qui semblent sortis du sol sans aucune logique.
De retour à la voiture, l’heure du repas est presque passée mais nous n’avons toujours pas mangé. Direction Meyrueis.
Nous entrons dans le premier restaurant que nous trouvons. C’est le Palais des Glaces. La plupart des tables sont dans un grand jardin qui entoure une piscine. Nous leur préférons une table à l’intérieur. Comme il est dans le Guide du Routard et que nous l’avons sur nous, nous gagnons un kir à la mûre. Deux spécialités se disputent la vedette ici: les glaces et l’aligot. Nos estomacs réclament plutôt l’aligot. Il sera servi dans une petite marmite et coupé aux ciseaux ! Pour le reste, l’entrée était joliment présentée et très bonne (chèvre chaud pour Anne, foie gras pour moi), la viande par contre était beaucoup trop cuite… Nous profitons d’être dans une « grande ville » pour faire nos courses pour la randonnée de demain: du pain, du fromage et un peu de charcuterie.
Nous voilà repus. Nous repartons pour un autre trou: la Grotte de Dargilan. Elle n’est plus très loin.
1613 IMG_6963Là aussi, le père de la française, Martel, fait partie des inventeurs de la grotte. 8 ans plus tôt, un chasseur ayant suivi un renard avait cru trouver les portes de l’enfer… De par sa configuration elle est complètement différente de l’Aven Armand. L’entrée se fait à l’horizontal. La grotte est constituée de plusieurs salles. Dans la principale, un éboulement a ravagé le centre faisant régner un grand chaos. A Dargilan, les jeux de couleurs sont partout. L’oxyde de fer et de magnésium créent des teintes qui vont du rose pâle au violet. La deuxième salle, toute en longueur, dévoile la plus grande cascade pétrifiée connue à ce jour. A elle seule, elle vaut la visite. La troisième salle plus petite, nous montre un énorme stalagmite. Nous nous somme enfoncés sur un chemin de plus d’un kilomètre. Au retour, les marches se font bien sentir…
Pour rentrer, nous décidons de passer par les Gorges de la Jonte. C’est un affluent du qui lui aussi a découpé le paysage en deux. Plus sauvage que les Gorges du , les arbres sont omniprésents. Les vautours planent tranquillement au loin. La fatigue se fait petit à petit sentir et remonter les Gorges du dans le trafic est looooong.
Après le repas, nous nous relançons dans des parties des différents jeux de bois qui sont à disposition au centre. Au bout d’un moment, Julie nous sort des casses-têtes et autres mini jeux d’adresses. De quoi se sentir pas malin et pas très habile. Grumpf, direction le dodo.

Les photos de l’Aven Armand.
Les photos du Chaos de Nîmes-le-Vieux.
Les photos de la Grotte de Dargilan.

This entry was posted in Général, Randonnée and tagged , , . Bookmark the permalink.