En route vers les gorges du Tarn !

1115 IMG_6777Le réveil sonne. Il est un peu plus de 5h. Dur dur. Anne et moi nous levons. Douche pour se remettre d’aplomb, petit déjeuner, on charge la voiture et c’est parti ! Direction les gorges du .
Nous sommes le 14 août, un jour de grand retour… J’espère qu’il n’y aura pas trop de circulation. Le ciel s’éclaircit, mais au lieu de dévoiler un joli ciel bleu, c’est un vilain ciel gris et noir chargé qui nous accompagne en ce début de . Pour compléter le tout, la pluie est de la partie et les éclairs sont nombreux. Une fois les Alpes-Maritimes et le Var derrière nous, le temps s’améliore. La circulation est chargée sans que cela ne devienne trop désagréable. Passé Aix, la circulation est surtout dans l’autre sens. Au niveau timing, c’est impeccable. Après quelques heures de route, le premier objectif de la journée pointe son nez.
Nous nous garons donc sur le tout nouveau parking du Pont du Gard. Le Routard, pourtant récent, le donnait à 5€. En fait, c’est 15€ et il est impossible de se garer ailleurs. Pour faire passer la pilule, ce « forfait » donne droit également de visiter le musée et d’assister à un film de présentation sur le . Le tout dans un espace tout bétonné entre le parking et le qui abrite également restaurant, bar et superette. Le point positif, c’est que le tout est bien à l’écart du et qu’une fois sur le site, l’horizon reste assez sauvage. Le maintenant ! Immense ouvrage des Romains destiné à faire transiter l’eau d’une source jusqu’à Nîmes. Composé de trois niveaux d’arches qui supportent la partie dans laquelle l’eau coule. Deux millénaires après sa création, il se dresse toujours fièrement au dessus du Gardon. Le site permet de le voir sous plusieurs angles, à chaque extrémité du chemin de l’eau. Il n’est d’ailleurs plus possible de marcher sur la partie supérieure comme c’était le cas auparavant. Le chemin de l’eau est coupé aux deux bouts :d’un côté par l’absence d’une douzaine d’arches (c’est gênant), de l’autre par la disparition du conduit qui serpentait sur la colline. On peut également l’admirer de dessous, ce qui redonne toute sa dimension au tas de pierre tenant en l’air par la magie des ingénieurs de l’époque. Des chemins environnant permettent de prendre du recul et de l’apprécier dans son environnement. Nous avons de la chance, le temps incertain a dû rebuter pas mal de monde et le site est vraiment calme. Nous prenons le temps de pique-niquer dans l’herbe avant de repartir.
La route nous fait passer par Alès, ville dont j’ai « beaucoup » entendu parler, mais dans laquelle je n’avais jamais mis les pieds. Et bien c’est fait, j’ai fait trois pas dans une station service ! Sorti d’Alès, la route se fait plus petite et plus sinueuse, les maisons moins nombreuses. A nous les Gorges du ! Comme il n’est pas tard, nous nous arrêtons faire du tourisme à quelques kilomètres à peine de l’objectif final.
1653 IMG_6784Nous garons la voiture à Castelbouc. La commune doit son nom à un ancien châtelain qui, pendant que ses homologues étaient partis en Croisade, « s’occupait » de leurs femmes. Mort dans l’action, la légende locale veut qu’un bouc géant soit passé dans le ciel au-dessus de son . Celui-ci est aujourd’hui en mauvais état et nous a semblé inaccessible sur son rocher. Une petit chemin nous permet d’obtenir un point de vue sur les murs en délabrement mais pas d’y parvenir. La ville en elle même est plus intéressante. On est dans un petit village qui a su visuellement garder son authenticité. On se demande si les maisons ne sont pas là juste pour qu’on les prenne en photos. Le tout est bien vivant. Entre les touristes (comme nous), les kayakistes qui partent et reviennent par la rivière et les spéléologues en qui sortent d’on ne sait où, cela en fait du monde qui passe. L’heure tourne, et il est temps de finir notre du jour.
Nous arrivons au Centre National EPMM d’Activité de Pleine Nature. Gilberte à l’accueil nous montre notre chambre. Après en avoir pris possession et pris le repas du soir (Saucisse, aligot), nous partons à la découverte du centre. Il est vaste. Des marabouts sont dispersés le long de la rivière. En se baladant, nous avons pu voir des cibles de tir à l’arc, des kayaks, la zone d’acro-branche, des roches équipées pour l’escalade, des tables de ping-pong… La luminosité baisse et nous revenons à notre chambre pour un premier dodo bien mérité.

Les photos du Pont du Gard.
Les photos de Castelbouc.

This entry was posted in Général and tagged , , , , . Bookmark the permalink.