Salses-le-Château

Photo de GrutJeudi soir… Et pourtant, la semaine de boulot se termine ! Petit rush sur la fin, histoire de ne pas laisser 50 trucs en plan.. Encore 2 ou 3 mails et la délivrance: power off!

C’est partie pour un WE de 5 jours dans les Pyrénées Orientales avec toute la troupe : Chantal, Sophie, Michel et Vincent. Bon parti, c’est dit un peu vite. Il faut réussir à rentrer a 5 dans la 307 de Vincent. Heureusement il a acheté quelques jours plus tôt un coffre de toit qui donne une bonne allure sportive à l’ensemble -surtout à pleine charge-.

Nous voilà donc sur l’autoroute. Pas grand chose à signaler a part qu’il nous manquait bien 0,5 bars de pression dans chaque pneu au premier arrêt et que le compresseur de la station service était du genre anémique… A si, on a eu le droit de se faire arrêter par la gendarmerie. Petit moment de stress pour Sophie qui était au volant. Donc la fuse dans la voiture toutes les raisons possibles pour lesquels ils nous stop dans notre élan (et il en faut vu le poids qu’il y a à transbahuter). A ben justement c’était pour le poids… A cause de lui on avait les feus qui pointaient un peu haut. On les règles et c’est repartit ! Vrooooum !

arrivé à GrutNous avons loué un mas paumé dans la campagne prés de Salses le château. Il est constitué de deux étages. Comme le montre les photos, le lieu est vraiment très original et agréable. Un véritable lieu dédié à la glandouille. Sur une des palissades est écrit un mot qui deviendra le symbole de notre WE: GRUT. Juste le temps de visiter et de manger et il est déjà plus que l’heure de se reposer (1h30 du mat ^^).

Premier jour, premier réveil en douceur pour profiter de toute la grutitude du lieu. Aujourd’hui, pas de rando. On part en repérage pour le char à voile. Activité que Michel veux nous faire découvrir depuis longtemps.

plage du port LeucateDirection la mer donc, direction Barcarès et ces plages de sable. Bon, une fois sur place, la seul chose à faire c’est un petit tour de marché et un tour a l’office du tourisme.

L’heure avançant on décide d’aller en quête d’un restau au pour Leucate. Il est situe sur une sorte de presqu’ile avec de la flotte de trois cotes. Bon ben nous, fier représentant de la technologie avec presque un GPS par personne, on a réussi a se perdre et a faire quelque km de marche pour retrouver la voiture… On fini donc affame dans le restau du coin: “le coin bouffe”. Dans notre déboire on a eu de la chance, c’est un bon petit restau avec un patron bien sympathique.

acrobranchingTout fier d’avoir retrouvé la voiture, on décide d’aller chercher le club de char a voile a 2 km de la. Arriver la bas, c’est la loose, la base a été inondée => pas de char a voile. Contre mauvaise fortune, on fait bon cœur et on profite que le hasard nous ai fait passer devant un terrain d’accrobranching pour aller faire les singes dans les arbres. Vraiment fun, ca reste crevant et après deux heures on est un peu cuit. Et la j’ai fait un bêtise, j’ai propose en rigolant de rejoindre la voiture en footing. C’était sans compter sur Sophie qui m’a pris au mot. Bon ben la pas de surprise, elle a de l’entraînement (genre les 10km du semi marathon de Nice) et moi la dernière fois que j’ai couru ca devant être au lycée… Sur les rotules, je les regarde donc finir en sprintant avec Michel tandis que j’ai les jambes dans la choucroute.

barbecueUn petit tour au supermarché histoire d’acheter de quoi grailler ce soir. Enfin quand je dis grailler je devrais dire festoyer. On a en effet un superbe barbecue en dur dans le jardin dont nous allons profiter… On en a profité pour découvrir la technique secrète de Flunch pour faire cuire ces frites (no comment). En tout cas, c’était excellent !

Roc de FrausaSamedi matin, tout le monde se prépare pour la première rando. Un petit coup d’œil a la météo. Temps pourri ? Hum, dehors il n’y a pas un nuage. Bon c’est encore Météo France qui divague. On fait donc une bonne heure de route pour démarrer la ballade du Roc de Frausa. Elle se situe a à la limite de la frontière espagnole.
C’est donc tout gaiement que nous partons sur les chemins. La végétation change complètement de la cote d’azur avec un petit quelque chose de promenade en foret. Arrive au premier des deux sommets que nous voulions faire, nos estomacs nous imposent un arrêt déjeuné. Pendant le repas, Vincent balance: “oh, écoutez un avions”. Et moi sans réfléchir je réponds “ca ressemble a un orage, non?”. Là, ca fait tilt dans nos têtes. On fini en hâte le repas, et on décide de shunter une bonne partie de la suite pour rentrer au plus vite sans se prendre la saucé. Nous repartons d’un pas plus que soutenu avec en bruit de fond l’orage qui gronde. Qu’on le dise clairement, en montagne la météo change du tout au tout en très peu de temps. On est passé d’un pur ciel bleu a un temps de merde en moins de 15 minutes. C’est en temps record que nous retournons a la voiture. On va avoir les pattes qui vont tirer demain. Déjà qu’avec l’accrobranching de la veille… Pas très grut tout ca.
Retour donc a la casa pour une soirée Perudo –un jeu bien sympathique-. C’est déjà un peu plus grut.

Gorge de GalamusDimanche matin, comme prévu, réveil tardif pour récupérer de la veille. On part en voiture pour voir les gorges de Galamus. Au milieu des gorges un lieu saint a à peine 10 min du parking avec quelques pancartes sympathiques du genre “interdit au gens en maillot de bain ou combinaison néoprène”. Visiblement le coin serait envahie par les adeptes du canyonning. La chapelle en elle même, est pace dans une grotte en flanc de falaise. En l’endroit, la nature est plus belle que la touche de l’homme.
Tout ça c’est bien gentil, mais nous voila a plus de midi au milieu de la pampa sans plan pour manger le midi. On part donc pour pères -le grand bled du coin- et grâce a l’aide de Tom-tom, nous visitons plein de petites routes alors qu’il y en avait une directe. D’ailleurs les panneaux nous indiquaient bien cette route directe mais nous on a préféré suivre notre barda technologique… On finit quand même par débarquer en ville à presque 14h en quête d’un restau. On finit par en trouver un qui fait encore le service. Le hasard faisant bien les choses, les plats sont très bons.
baragePour finir l’après midi de manière bien grut, on est allé voir le barrage local. En contrebas, une grande gerbe d’eau s’extrait de sa prison de béton. Dans sa fuite elle percute la roche et l’eau. La pression fait monter des embruns bien hauts. Et c’est le plaisir de l’arc en ciel qui s’offre a nous. Ce n’est pas tout ca mais c’est un peu l’heure de la sieste, alors on s’affale dans l’herbe comme des loques.
charlotteOn finira la journée au mas. Et on va la terminer par un festin. En plat principal, la spécialité de Chantal: lasagnes! Aucun autre commentaire que succulent. Et pour finir cette journée culinaire, une bonne petite charlotte. Aujourd’hui on a fait bosser nos papilles et c’est tant mieux : Grut !

Lundi matin, tout va très vite, on se lève tôt, on s’habille, on ne prend pas le temps de déjeuner et c’est déjà parti. Pas très grut ! M’enfin, c’est pour la bonne cause. On va à Barcelone. A nous l’Espagne ! Un petit tour à la boulangerie et deux heures de route plus tard, nous y sommes guide d’un œil de maitre par Michel.
Premier point de la journée, la Sagrada Família, en construction depuis 140 ans et dont les travaux ne seront pas finis avant un bon siècle… D’ailleurs c’est assez assourdissant à l’intérieur, sachant qu’on visite en faite un grand chantier avec ces artisans en plein travail… Ici pas de place pour le petit et le hasard, ici tout est grand et calculé au millimètre. Ce qui frappe aussi c’est les différences de style entre les travaux des débuts et le coté « moderne » de l’autre coté. Après plus de deux heures de visite, c’est l’heure de manger. Quoi de plus typique de l’Espagne qu’un bon… Mc Do (glups ;)). On a passé l’après midi à déambuler dans les rues pour voir les différentes sculptures qui s’offrent à nous. Et bien sur, pour parfaire la grutitude du moment, nous sommes allés sur le bord de la plage pour profiter d’une bonne glace.
tarotAller zou, retour maison. Il est déjà tard mais on décide de quand même faire une ou deux partie de tarot… Bon ben au moment ou on décide d’arrêter faute de combattant encore debout il était prêt de 3 heure du mat ^^.

retourMardi matin, grâce mat et nettoyage de grutland. C’est le moment du départ et chacun s’affaire, dommage que le WE soit aussi court. Pour prolonger encore un peu, on décide d’aller faire un Kart au circuit du Roussillon histoire de faire chauffer la gomme et de se défouler une dernière fois. Après c’est le retour à la casa…

Les Photos du WE à Salses-le-Château

This entry was posted in Général and tagged . Bookmark the permalink.