La pointe de la Pelousette

0955 IMG_0917Après trois semaines sans mettre le nez dehors (on se demande pourquoi), on retourne prendre un bol d’air à la montagne. J’ai passé comme commande : “je veux voir des grosses bêtes”. Anne nous a trouvé un tour à faire à coté du Camp des Fourches mais sans la descente au Salso Moreno : La pointe de la Pelousette.

Le temps de préparer nos sacs à dos et nous voilà en route vers le Camp des Fourches. Pour ceux qui se demandent où c’est, et bien il s’agit du camp militaire en ruine juste avant d’arriver au Col de la Bonette. Si vous ne savez pas où est le col de la Bonette, je ne peux plus rien pour vous (par contre un moteur de recherche oui). Personne sur la route ou presque. Nous arrivons alors que le parking est vide, mais déjà deux autres voitures se garent en même temps que nous. Pas d’inquiétude, le coin est vaste et nous n’allons pas marcher dans la foule. Contrairement aux autres balades dans le coin qui commencent par plonger dans le Salso Moreno, nous bifurquons vers la gauche et prenons un sentier qui monte tranquillement. Il y a là quelques chalets en bon état, probablement pour les bergers.
Juste un peu plus haut, le spectacle commence avec un renard aussi surpris que nous de nous trouver là. Il ne restera pas assez longtemps en vu pour que l’on dégaine les appareils photos… Pas très grave car une première harde de chamois nous attire l’œil dans le pierrier d’en face. Anne propose de couper pour les rejoindre. Finalement nous continuons sur notre sentier en espérant passer juste au-dessus d’eux pour pouvoir les observer. Au final deux promeneurs qui eux coupent font fuir toutes les bestioles.
1103 - IMG_3242Nous continuons tranquillement notre ascension. Le chemin est facile et le paysage est tout de suite au rendez-vous. D’un coté le Salso Moreno que l’on domine, de l’autre le Bonnet Carré nous surplombe. La géologie du coin est très particulière et le nombre des formes de pliure de la roche n’a d’égal que le nombre de couleurs différentes. On en prend plein les mirettes. Amateurs de grands espaces, ce lieux est pour vous.
Arrivés au trois-quarts de la montée, nos yeux se captivent pour la crête. Deux hardes d’une douzaine de chamois vont du nord vers le sud. Nous nous asseyons le temps de les voir passer. Quelques pas plus loin, on revoit passer l’un après l’autre les deux groupes de chamois qui cette fois-ci vont du sud vers le nord, mais en descendant la pente, pour finalement repartir vers le sud, en bas. Je crois qu’on peut dire que Anne a bien rempli mon cahier des charges !
Au sommet, nous arrivons sur un bunker beaucoup plus grand qu’il n’y parait. En le contournant, la vue se dégage vers la Bonette et les sommets aux alentours. Entre temps le vent s’est levé. C’est donc avec un grand plaisir que l’on profite des deux bancs le long du fort pour manger à l’abri des rafales tout en ayant une vue sur les alentours. Nous pique-niquons là. Et puis comme nous étions vraiment bien installés, nous en avons profité pour faire une sieste bien méritée !

Les photos de la rando à la pointe de la Pelousette.
Le tracé sur Google Earth de la pointe de la Pelousette.

This entry was posted in Randonnée and tagged , . Bookmark the permalink.