Premier arrêt : Stavanger

1931 IMG_2013Nous en étions donc restés dans notre hôtel de Rungis. La journée d’aujourd’hui sera consacrée à atteindre Stavanger une ville au sud-ouest de la .
Nous prenons la navette (yes !) qui nous emmène de l’hôtel à Orly ouest. Là, nous allons devant les pupitres d’enregistrement. Nous reconnaissons dans les personnes présentes des futurs compagnons de route. Les tenues ainsi que les papiers Allibert laissant assez peu de doute sur leurs destinations. Un spectacle assez inhabituel s’offre alors à nous. L’enregistrement ne fonctionne pas. Nous voyons donc défiler du personnel d’aéroport de Paris qui essaye de décoincer l’ensemble. Une demi-heure plus tard, la machinerie repart. Par contre la queue de personnes voulant enregistrer s’est « un peu » allongée. Devant nous, le groupe choisit de ne pas demander le transfert des bagages automatique à Oslo. Nous décidons quant à nous de profiter du service bien pratique qui évite de transbahuter nos gros sacs et de refaire la queue… Une fois passés, nous rejoignons la porte d’embarquement où nous prenons notre petit déjeuner. Nous profitons des derniers moments en France pour envoyer quelques SMS et consulter un peu la météo qui nous attend. Finalement il vaut mieux ne pas regarder la météo ;)
Nous prenons place dans l’avion. J’ai deux occupations. La première, lire la suite de Notre Dame de Paris qui prend forme petit à petit (même si c’est encore la cohue pour la fête des fous). La seconde, observer avec le baromètre de mon jouet altimètre les variations de pression que nous subissons lors d’un vol en avion. Nous en parlons sans cesse lors de nos leçons de plongée, mais je n’avais jamais pris la peine de vérifier concrètement. Dans la pratique, juste avant le vol, il y a une légère mise en pression (1000hPascal) qui se transforme en quelques minutes en une franche dépression (750 hPascal). Pas de doute, avec de tels chiffres, il est clairement imprudent de prendre l’avion après une plongée bouteille.
Nous arrivons à Oslo, capitale de la , qui ne sera pour aujourd’hui qu’une étape. Nous y reviendrons plus tard dans notre séjour. Bon bah… C’est marqué partout, pour faire un transfert, il faut récupérer ces bagages, sortir de la zone d’arrivée et aller enregistrer ses bagages à nouveau… Euuuh, pourquoi nous l’avoir proposé à Orly si ce n’était juste pas possible de router nos bagages ? Bref nous récupérons les bagages et les enregistrons. Le sac d’Anne est devenu depuis Orly un bagage spécial qu’il faut enregistrer à un autre endroit.
Une fois fait, nous nous mettons en quête d’un repas. Nous découvrons au passage les joies des conversions vers les couronnes norvégiennes. Puis c’est retour dans la zone de départ. Comme à chaque portique de sécurité, Anne se fait fouiller : l’effet grossesse ? Le temps d’un petit questionnaire et d’une grosse sieste et nous voilà de nouveau en vol. Je continue NDP, tandis que je vérifie une nouvelle fois mes observations précédentes sur les changements de pression.
1941 IMG_2018Une fois à Stavanger, nous rencontrons notre guide ainsi que le reste du groupe. Deux minibus nous conduirons jusqu’à notre hôtel qui jouxte un hôpital. Le temps d’investir notre chambre et nous voilà repartis à pied pour le centre de Stavanger. Quelques photos plus tard, la faim fait son office. Nous voilà tous attablés dans… une pizzeria. La magie des prix norvégiens ayant aidé le groupe à choisir.
A 10h, il fait encore grand jour, mais il est grand temps de rejoindre nos lits. Il faut prendre des forces avant d’entamer la découverte de la en 3 semaines…

Les photos de Stavanger

This entry was posted in Général and tagged , . Bookmark the permalink.

3 Responses to Premier arrêt : Stavanger

  1. myriam says:

    la météo n’a pas l’air si pourrie que cela, beau ciel, belles maisons et beaucoup de fleurs.

  2. Lady K says:

    De très belles photos (l’immeuble recouvert de lierre c’est beau !!). Un voyage qui commence bien (avec du beau temps ? :) )

  3. Anne says:

    On a eu très peu de mauvais temps en fait. Mais quand il pleut, il pleut !

Comments are closed.